Actualités
Evénements
Nouveaux produits
Galerie des photos
 

Pour améliorer notre site.

Comment trouvez-vous notre site?

Evénements

Usine Renault en Algérie

Le pacte d’actionnaires signé au premier jour de la visite de M, François Hollande en Algérie. Les négociations ont duré près de deux années entre les autorités algériennes et le groupe Renault.
Le début de la fabrication des véhicules Renault est prévu 14 mois après la création de la société mixte.
L’Algérie avait signé avec le groupe Renault un protocole d’accord, qui ouvrait la voie à un pacte d’actionnaires.
La société mixte algério-française Renault Algérie Production, doit gérer et développer l’usine automobile du constructeur Renault à Oued Tlélat (Oran).
Le premier véhicule Renault sortira de l’usine en Algérie en décembre 2014 .
Détenue à hauteur de 51% par la partie algérienne via la Société nationale des véhicules industriels (Snvi, 34%) et le Fonds national d’investissement (Fni, 17%), et à 49% pour le constructeur français, cette joint-venture produira au démarrage 25.000 véhicules/an, puis 75.000/an avant d’arriver à 150.000 véhicules/an dix ans après le début de la production.

S’agissant des investissements prévus dans le cadre de cette joint-venture algéro-française, le ministre de l’Industrie, Cherif Rahmani, a tenu à préciser à l’APS que déterminer ’’le montant du capital et de l’investissement (du projet) relève de la société commune’’.
Selon les précisions de M. Dehimi, le premier véhicule sortira de l’usine "18 à 24 mois" après le lancement de la réalisation du complexe industriel, qui s’étalera sur une superficie de 150 hectares.


Projet industriel en Algérie : Renault

Renault, la Société Nationale de Véhicules Industriels (SNVI) et le Fonds National d’Investissement (FNI) ont signé le 19 décembre 2012 à Alger, un pacte d’actionnaires en vue de la création, en partenariat, d’une coentreprise (51% partie algérienne et 49% Renault) afin de développer une filière automobile en Algérie pour soutenir le développement du marché.
La SNVI et le FNI se partagent les 51% respectivement à raison de 34% et 17%.
L’accord prévoit l’implantation d’une usine à Oued Tlelat, au sud-ouest d’Oran, pour la production de Véhicules Particuliers et Utilitaires du Groupe Renault à destination principalement du marché local.
Oued Tlelat a été choisi en raison de ses atouts pour le projet industriel : son réseau routier, sa main d’œuvre qualifiée, sa proximité du port d’Oran, son infrastructure et la qualité du terrain.
Le volume annuel de production de l’usine commencera à 25 000 véhicules/an (7 véhicules/heure) pour être augmenté dans une deuxième phase à 75 000 véhicules/an (15 véhicules/heure). Le véhicule produit dans un premier temps sera Nouvelle Symbol.
L’intégration locale des véhicules évoluera également de manière progressive pour développer la filière automobile en Algérie.
Cette intégration sera atteinte grâce aux investissements qui seront réalisés à l’intérieur de l’usine (tôlerie, emboutissage et peinture) mais aussi à l’extérieur de l’usine à travers notamment la mise en place d’un tissu de sous-traitance local fort du concours et de l’expertise de Renault.

HORIZONS Quotidien national d’information Publié le 22 décembre 2012 (site : http://www.horizons-dz.com)

Le contrat officiellement signé

Les équipes mixtes Renault, SNVI et FNI travaillent depuis plusieurs mois à l’identification des programmes de formation et à l’utilisation et au développement notamment du centre de formation de Tlelat/Oran qui sera dédié aux métiers de l’automobile.
A l’occasion de la signature, Jean-Christophe Kugler, Directeur des Opérations de la région Euromed-Afrique a déclaré : « C’est un plaisir et un honneur de participer aujourd’hui à la signature de l’accord afin de développer une filière automobile algérienne. Renault est fier d’être le premier constructeur automobile à s’installer industriellement en Algérie, et de contribuer ainsi au développement d’une filière automobile nationale »

Retour
Recherche
Fiches techniques
Actualités
La SNVI, le pionnier de l’assemblage de véhicules industriels en Algérie 250 autobus commandés pour améliorer le transport urbain dans les villes

Le carnet de commandes est bien garni : 1 300 minibus pour le transport scolaire, 3 067 véhicules pour les collectivités locales...